AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

Fendons-nous la poire!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Autant de messages, c'est sûrement un fake!Messages : 2839
Date d'inscription : 14/02/2014
Age : 23
Localisation : Wonderland

Feuille de personnage
Classe: Cinquième année
Humeur: Affamée :P
Je suis...: pleine de défauts, mais attachante..?
avatar
Sen Yuki
MessageSujet: Fendons-nous la poire! Mer 9 Avr - 16:47
Revenir en haut Aller en bas

Eh bien voilà, je voulais faire un topic et j'ai pensé à celui-ci!

Et si nous l'utilisions pour partager nos trouvailles fun? Que ce soit des photos, des vidéos, des textes, des chansons... Bref tout et n'importe quoi! Razz

Je commence avec une fiction franchement tordante que Leila m'a fait découvrir: Harry Lover à l'école des séducteurs. xP

Voici le premier chapitre:

Citation :
En Angleterre, à Privet Drive, au 4, dans le placard à balais en dessous de l'escalier, à droite de la porte de gauche et à gauche du mur de droite, il y avait un lit. Quoi d'extraordinaire nous direz-vous? Et bien dans ce lit dormait un jeune garçon peu commun du nom de Harry Lover.

Harry Lover vivait chez son oncle et sa tante, car ses parents étaient morts, seulement il n'avait jamais su pourquoi. Chaque fois qu'il tentait de demander des explications, son oncle semblait tout d'un coup victime des maladies les plus étranges et sur le point de mourrir dans d'atroces souffrances tandis que ça tante, beaucoup moins portée sur la comédie théatrâle, se contentait de lui dire "Est-ce que j'te demande si ta grand-mère fait du pédalo sur la Tamise???". Et du coup, Harry repartait, sans obtenir de réponse, se poser la question existentielle qui ressortait de chaque conversation avec sa tante, à savoir si oui ou non sa grand-mère faisait du pédalo sur la Tamise.
Physiquement, on peut dire qu'il était un garçon de onze ans terriblement séduisant (enfin pour un gosse). Son oncle - nommé Verrue - au contraire, ressemblait aux photo "avant" des brochures de régimes, et sa tante Pédoncule aurait pu être plus belle, même si un train lui avait roulé dessus. D'ailleurs, Harry soupçonnait Verrue d'avoir tenté l'expérience une ou deux fois avec son nouveau 4x4. Ils avait eu un fils, Dud-laid, et même sans le décrire vous pouvez deviner qu'avec de pareils ascendants, il n'avait guère plus de charme qu'une brouette .

Harry, bizarrement nous direz-vous, était très complexé par sa beauté. Son oncle et sa tante lui lançaient souvent des remarques du genre:" eh beau gosse" ou "on a toujours été moche dans ma famille, tu nous fait honte". Ne supportant pas cette vision beaucoup trop esthétique pour deux énergumènes au charisme à peu près égal à celui d'un tracto-pelle, ils essayaient aussi d'empêcher ses cheveux d'être soyeux et brillants en le privant de shampoing, mais rien n'y faisait . Ils l'enfermaient alors dans le placard à balais en espérant que son teint perdrait son léger hâle ou que des araignées le piqueraient au visage et le défigureraient. Et donc, dans tout cela, Harry était très malheureux .

Mais un jour, en plein mois d'août, la vie d'Harry Lover bascula. Les Dumoche mangeaient tranquillement du poisson fumé accompagné d'une salade avec une sauce pleine de vitamines et d'oligo-éléments - pendant que Harry devait manger des frites double portion d'huile pour perdre sa ligne fine et svelte - quand soudain des coups retentirent. La porte explosa alors tandis qu'un très grand et très moche homme tentait de passer l'encadrement de la porte, qui malgré la corpulence du personnage, résistait. Les Dumoche, suivis de Harry, se précipitèrent (enfin, plutôt se déplacèrent à la vitesse grand E de l'escargot) vers la porte. L'homme parla alors d'une voix rauque et dure:
- Suis-je chez Harry Lover?
Vérue paru surpris qu'un homme défonce sa porte sans s'excuser, mais après mure réflexion, il se dit que de toute façon il allait la changer.
- Oui, et que lui voulez-vous? demanda Verrue.
- Je dois lui annoncer une formidable nouvelle.
- Asseyez-vous donc pour manger, proposa Verrue en proposant une chaise.
- Non merci, je me suis déjà sustenté, répondit le grand moche. Puis sortant une lettre cachetée de son gilet: Harry, j'ai été mandé par le directeur de Poudlard, Dumberfleur, dit "le vieux hippie", de te remettre cette lettre.
- Pour moi? demanda Harry qui n'avait jamais reçu de lettre. Mais qu'est-ce-que c'est Poudlard? Et vous qui êtes vous?
- Moi, je suis Hagrid, garde-meuble à Poudlard, l'école des séducteurs .
- Mais qu'est ce qu'un séducteur?
- Ce sont les personnes comme toi, Harry.
- Ca m'avance pas beaucoup, dit Harry
- Il existe dans notre monde, des personnes dotées d'une grande beauté et d'un grand charisme et dont le but est de rendre folle un grand nombre de femmes. Le plus grand séducteur est Lord Voldamour, ou comme on l'appelle plus communément " Celui-qui-est-toujours-fertile ", ou alors dans un langage plus élaboré " Celui-dont-la-fertilité-n'est-plus-à-prouver".
- Et c'est quoi comme métier, garde-meuble? questionna Harry
- Cela veut dire que mon personnage n'a aucune autre fonction que de t'annoncer qui tu étais ou de meubler des moments où l'auteur n'aura plus d'imagination.
- Et c'est...
- Ah, coupa Hagrid en regardant sa montre, je dois partir. Tiens, ceci est ta lettre où est indiqué tout ce que tu dois savoir. Je te retrouverai mardi prochain pour aller sur le Chemin de Traviole.
- Et c'est quoi le..., commença Harry, mais le géant était déjà parti en claquant la porte (ah non c'est vrai il n'y en a plus)
- Au revoir! dit Verrue à l'homme qu'il trouvait plutôt sympathique, sûrement parce qu'il était moche.
Harry se retourna vers sa famille qui commençait déjà à se réinstaller à table comme si de rien n'était.
- Mais vous saviez que j'étais un séducteur?
- Bien sur, lui répondit Pédoncule, tes parents en étaient aussi.
- Alors pourquoi vous ne me l'avez-vous jamais dit?
- Parce qu'on ne voulait pas que tu sois comme eux, mais maintenant c'est trop tard pour t'en empêcher, surtout que c'est l'heure de manger, dit Verrue, lorgnant d'une oeil lubrique son assiette.

Harry, qui voyait bien qu'il ne tirerait pas une information de plus de la bande de morfale lui servant de famille,  monta dans sa chambre (où plutôt alla dans son placard) pour lire la fameuse lettre.


Pour la suite, c'est ici: http://www.hpfanfiction.org/fr/viewstory.php?action=printable&textsize=0&sid=15294&chapter=all
Y'a aussi là, les premiers chapitres ont été remanié, dont celui que j'ai c/c: http://harryloverworld.skyrock.com/


Voilà pour le moment! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
http://yukino-sen.tumblr.com/

Fendons-nous la poire!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durmstrang Institute :: Gloubi Boulga :: Plume à papote :: Discussions-