AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez|

[Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Prêtresse miaouh =^-^=Messages : 12877
Date d'inscription : 06/02/2011
avatar
NekoCitron
MessageSujet: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Ven 14 Mar - 14:04
Revenir en haut Aller en bas





PREMIER PRIX : Une bourse de 100 pièces d'or et publication dans une revue internationale.



La maladie frappera trois fois...

de Colombina Vasileva



On peut dire une chose, c'est qu'à Durmstrang, la vie est bien loin d’être un long fleuve tranquille. Entre les cours et les attaques de chimères, on aurait pu croire que cette année allait être apaisée après notre "victoire", mais non. Le sort semble vouloir s'acharner sur nous, pauvres sorciers. Non seulement nos hivers sont des plus rudes et la pimentine va bon train dans les couloirs, mais en plus il faut que cette année, une maladie s'acoquine avec la magie pour faire un bébé répugnant et très contagieux. L'année devait alors commencer par le chapitre Poison et Châtiment.

La rentrée avait pourtant débuté tranquillement, dehors avec une innovation cette année : des tabourets! Malgré le petit éclat de voix du nouveau préfet des Dyr, Anton Plumegrise, après une indigestion du petit déjeuner, rien n'était à signaler. Du moins c'était ce que l'on croyait. Aussi, bien des élèves partirent à la chasse aux indices pour trouver pourquoi les rouge et noir s'étaient retrouvés à devoir partager le chaudron de la honte. Quelle ne fut pas leur surprise de voir qu'un subtil ajout de bave de crapaud aux boissons en était la source. Les coupables, un groupe de 2eme année à Uzem furent habilement débusqués après une interview choc des esprits! Une punition de récurage des cuisines plus tard affaire classée? Apparemment pas.

L'infirmerie n'aura jamais été aussi populaire qu'après que le discours de rentrée et les cours qui suivirent furent ponctués de départs précipités pour cause de maladie. Nous voilà dans le chapitre Fièvre et Tremblement. Le teint pâle semble alors à la mode et certains aiment à propager le virus, trop aimables. Après tout, entre copines, on partage! C'est beau l'amitié entre maisons, n'est-ce pas Maggwel et Oswin ? Mais là, la bave de crapaud ne semblait plus y être pour grand chose et une rumeur commença à circuler dans les couloirs. Les professeurs Lihn auraient fait une expérience qui aurait mal tournée ? En tout cas, à peine les vacances d'automne commençaient qu'elles s'envolaient pour partir en vacances pendant qu'à l'école l'infirmerie, point de rassemblement du moment, ne désemplissait pas à cause des rechutes.

Si au départ ce qui semblait n’être qu'un grippe étrange inquiéta mais sans plus, la venue des premiers comas chamboula tout le monde. Une mesure d'urgence fut décrétée et l'école bouclée. Quarantaine oblige. Je ne pus alors suivre l'action que de l'extérieur et grâce à des correspondances régulières je communiquais avec mes camarades de maison. La situation évolua rapidement et je ne pouvais que me féliciter d’être partie avant les premières aggravations. Ce que je ne savais pas, c'est que j'étais en présence d'un malade qui sombra aussi peu de temps après les autres. J'avoue avoir cédé à la panique alors que Nikolai luttait contre la fièvre. En même temps, votre petit ami semble pousser son dernier soupir vous ne resteriez pas de marbre non plus. Mais il fallait croire que Novaya, malgré la quarantaine et le malade, devait subir un autre coup dur ! Une fuite digne d'un roman! Des élèves vaillants bravaient rats, égouts et immondices pour fuir l'école par les soubassements. Sitôt dehors, sitôt cueillis et une alarme sonnait sur la ville. Les pieds dans le bitume, Sara, Antares, Natasha et Daiki avaient fière allure.

Apparemment, dans l'école c'était la guerre, les malades mutaient et perdaient l'esprit alors que leur corps entrait en décomposition dans des stades plus ou moins avancés. Cela aurait pu paraître dans le thème de la saison et drôlement cocasse s'ils n'avaient pas ce petit défaut qui faisait tout. Légèrement cannibales sur les bords, ils se servaient de vous comme d'un buffet gratuit. Mais à Durmstrang on nous apprend bien une chose, c'est à se débrouiller. La résistance prit forme, dans et hors les murs! Un premier remède, temporaire, vit le jour ! Je vais être chauvine mais tant pis. Les Kostein ont fait très fort. Unis, rapides et efficaces, le remède circulait alors que dehors, avec le professeur Linh qui écourta ses vacances - merci à elle - les échappés, ainsi que moi-même , réussissions à mettre sur pieds un traitement définitif et efficace. Le professeur Borgia et un groupe d’élèves, dont Selenka et Viktor, retournèrent à l'école pour apporter le remède. En peu de temps, tout le monde retrouva son aspect normal et les cours reprirent. Même si certains conservèrent quelques traces, on peut dire que le reste de l'année fut presque ennuyeux à côté.

_________________


Dernière édition par NekoCitron le Ven 14 Mar - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Prêtresse miaouh =^-^=Messages : 12877
Date d'inscription : 06/02/2011
avatar
NekoCitron
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Ven 14 Mar - 14:13
Revenir en haut Aller en bas



Quand tout bascule...

de Isaac Maslov


Élève au Durmstrang Institut depuis deux ans, je ne peux que louer l'enseignement et le cadre de vie de l'école. Fils d'une famille sang-pur, je suis de ceux qui jouissent de leur liberté avec joie et délectation. C'était la belle vie ici, entre les cours et les temps libres passés à Novaya. Enfin, ça l'était, jusqu'à l'épidémie qui s'est déclenchée aux dernières vacances.
Ce qu'il y a de bien avec les vacances, c'est que l'on se croit libérés de tout, intouchables, heureux de vivre et pleins de projets.

Lesdits projets ont connu une conclusion brutale quand la maladie est venue me surprendre tandis que j'étais à l'animalerie. Au départ ce n'était qu'une simple fièvre, rien de bien alarmant.
Il n'y avait pas d'infirmier sur place et Souhaila Jonda m'a transporté à l'école rapidement pour que je puisse être pris en charge. Elle avait bien fait parce qu'à peine dans un lit, je tombais dans le coma. Je ne garde pas beaucoup de souvenirs de ce moment, en revanche, mon réveil est clair dans mon esprit.

Imaginez que vous n'ayez pas mangé depuis trois jours. Focalisez-vous sur la faim. Vous l'avez ? Multipliez-la par mille et vous aurez une idée de ce qui s'imposa à moi quand je repris mes esprits. Une faim dévorante, qui prenait le pas sur toutes les autres pensées, qui ne laissait pas de place au raisonnement et qui poussait à croquer dans la première chose venue. J'étais conscient (puisque je me souviens de tout) mais j'étais dirigé par quelque chose de plus fort : mes nouveaux instincts. Ils étaient au nombre de deux: la faim, que j'ai déjà citée, mais aussi le besoin d'avoir froid. Ce besoin était sans doute intimement lié au fait que depuis mon réveil, je perdais régulièrement des petits bouts de moi lors de mes déplacements.

Oui, oui, vous avez bien lu, des petits bouts ! Enfin, ces petits bouts devinrent bien vite gros quand il fallut escalader la falaise. Dans ma petite tête d'homme zombifié, je m'étais dit que le vent serait plus fort et qu'il ferait plus frais au sommet de la falaise et j'en avais pris la direction au plus vite, goûtant la chair d'un rat au passage qui m'arracha des lambeaux de peau supplémentaires. J'avais raison pour le côté fraîcheur mais cette escalade me coûta une partie du pied...
Cela aurait pu m'arrêter si le fumet délicieux de la harpie qui vivait là ne m'avait attiré à m'en faire saliver plus que de raison. Vous devinez la suite ? A peine face à elle, je n'avais plus qu'une idée en tête : lui croquer un bout, peu importe lequel d'ailleurs. C'est là que je perdis mon œil.
Cette maladie étant contagieuse, je ne pus profiter bien longtemps de mon repas puisqu'elle se transforma elle aussi et nous étions deux à présent à devoir nourrir cette faim dévorante.

Je dois dire que je repense à notre escapade avec des sentiments mitigés. La honte d'avoir infecté cette créature se dispute à la joie du souvenir de la complicité primale qui s'était instaurée entre nous tout de suite après, Étrange, je sais, mais si vous interrogez mes camarades, ils vous diront que je l'ai toujours été !
Finalement, après un vol plutôt laborieux dans lequel je perdis mon talon, nous avons fini par nous écraser non loin d'une jeune femme qui eut le droit, elle aussi, à la transformation post-dégustation.

Que faisaient mes camarades pendant ce temps ? Combien étions-nous à être infectés à l'Institut ? Qui (ou quoi) avait déclenché cette épidémie ? Je n'en sais rien. La zone fut d'ailleurs mise en quarantaine pour éviter que cela ne touche Novaya également mais le nombre de personnes touchées m'est inconnu.

Si je vous en parle aujourd'hui, c'est que tout est rentré dans l'ordre ou semble l'être. Les gens pansent leurs blessures, certains essayent d'oublier et de continuer à vivre. Tout le monde a été marqué par cette épreuve. Je suis de ceux-là, mais je suis particulier. Car ma marque à moi est gravée dans ma chair...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prêtresse miaouh =^-^=Messages : 12877
Date d'inscription : 06/02/2011
avatar
NekoCitron
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Ven 14 Mar - 14:14
Revenir en haut Aller en bas



Rituel nocturne

de Viktor Azalahem


Au crépuscule du jour, un instant incertain
Réunit des âmes profanes pour un rite païen.
Guidées par la prêtresse Alouqua, Initiée,
Elle mena leurs pas pour rejoindre Séléné.
Chaque mot défrichait le chemin pour l'inviter
A venir caresser de ses rais, leur psyché.
Le rite commença, les paroles prononcées,
Du sel de la Terre, le cercle fut tracé
Recueillement au pardon, éloquence appuyée
Chacun participa au bûcher enflammé.
Ainsi la voie était tracée pour Séléné
Restait-il au don du sang et mets partagés
La dernière prière qui ouvrit le seuil nimbé
Vers les chemins cachés d'une déesse appelée.
Au crépuscule du jour, un instant anodin
Permit à des âmes, Initiés, d'ouvrir un chemin.


L’annonce vint du Veilleur du Nord qui délivra cette information : la professeur Sybille Borgia, aussi prêtresse de Moïra confia qu'Alouqua proposait un Sabbat pour une nuit et une approche de la religion dans le monde des sorciers. Ainsi chacun était convié au rituel de Lughnasadh, en l’honneur de Séléné, mais aussi pour provoquer un changement dans Novaya.

Son émissaire, le démon nommé Bélial, fit l’annonce dans la ville de Novaya, insistant à la présence de chacun à cette cérémonie. Entouré d’une nuée de lutins, farfadets et autres créatures féeriques, il jouait de la musique, chantait pour attirer, pour envoûter, pour attiser la curiosité.

Ce fut au cimetière, au-delà du temple, que la prêtresse Alouqua attendit une petite communauté. Tout aussi accueillante que paisible, elle confia à chacun une bourse de sel et leur première tâche. Furent ainsi présents pour ce rituel Jérémy Durth, Aliona Dostanov, Daiki Oka, Agasti Dharmakiirti et Viktor Azalahem. Peu importe les maisons, les appartenances ou les rangs, ils étaient là pour accomplir un rite ensemble car l'un sans l'autre, ce rituel ne pouvait se faire autrement.

Des bougies furent allumées et à leur lueur vacillante, un pentacle fut tracé avec le sel qui leur fut confié.

Puis, recueillis, chacun pu faire l’éloquence de ses convictions, de ses souhaits les plus profonds et ce qui lui tenait le plus à cœur.

Ensuite, sur un parchemin, ils écrivirent le nom d’une personne dont ils souhaitaient se faire pardonner. Le parchemin accroché à une branche de bois, finit dans le grand bûcher allumé pour l’occasion.

Le dernier don fut celui du sang. Une lame circula alors et après les prières de la prêtresse, le bûcher s'effaça pour laisser place à une sorte de tumulus recouvert de fleurs de lune. Le phénomène perdura et devint presque féerique, des fumerolles s'envolèrent vers les cieux. Des lumières blafardes brillaient, des feux follets et des fées dansaient dans des volutes et arabesques magiques jusqu'à ce qu'on ne sache plus ce qui était vrai ou l'écho de l'imagination dû à des effets de lumières indescriptibles.

« Les chemins divins passent à présent sur terre. »

Sans bouquet final, sans effet extraordinaire, chacun avait agi, ils étaient venus avec leur bagage, avec leur conviction, certains avaient peut être changé, d'autres pas, mais ce fut bien au-delà du cimetière de Novaya que les choses changèrent. Le cercle resta mais ses adeptes le quittèrent forts de ce qu'ils avaient permis de faire, ouvrir une voie, physique ? Psychique ? Liturgique ? Peu importe, ce fut fait. Par une voie ainsi libérée et offerte, ils purent accéder vers la clairière de la déesse, nimbée d'une éternelle lune pleine, offrant un décor nocturne sans espérance de la lumière du jour. Une rencontre, un instant fugitif et éphémère . Un second rendez-vous fut donné à la prochaine lune pourpre..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prêtresse miaouh =^-^=Messages : 12877
Date d'inscription : 06/02/2011
avatar
NekoCitron
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Ven 14 Mar - 14:15
Revenir en haut Aller en bas



L'un des premiers sabordements Uzem

de Slyth Mir


Est-ce beau, est-ce étrange, est-ce stupide ?

Il existe à Durmstrang une maison luxuriante qui s’appelle Uzem, et il est de notoriété publique qu'elle apporte son lot d'embarras. Certains ne connaissent pas son histoire, d'autres se demandent pourquoi, d'autres encore s'en fichent éperdument, mais à tort.
En langues nordiques, Uzem peut signifier '' le règne végétal ''. Elle est symbolisée par une moitié de filet du diable et une moitié de fleur de lys martelée, ainsi que les couleurs verte et bronze. Lorsque l'on passe devant le miroir de la répartition et que l'on devient un Uzem, on aperçoit Yggdrasil derrière soi dans le reflet. Il est l'immense Arbre de Vie qui soutient un monde différent sur chacune de ses neuf branches maîtresses où vivent des créatures fantastiques tel le serpent Nidhögg parmi les racines et les cadavres. Au pied de l'arbre est cachée la tête immortelle du géant Mimir, à la source de la Sagesse et de la Connaissance. On ne peut en boire que contre un très lourd sacrifice, si seulement le géant décapité l'autorise. Le pont permettant de passer d'un monde à l'autre est un arc-en-ciel gardé par le dieu Heimdall, qui n'est pas un ase mais un vane – c’est à dire qu'il n'a rien d'humain en lui, ni de son parent Aegir, ni de ses neufs mères les vagues : il est bien plus anciens que les '' nouveaux '' Dieux. Il porte une corne de brume puissante, Gjallahorn, qu'il sonne pour prévenir le danger de telle façon à ce que tous les mondes soient informés au même instant. En cela, il est neutre, et il est bon.

Depuis le renouveau de Durmstrang, jamais Uzem n'avait gagné la compétition des trois maisons. Au contraire, elle finissait toujours bonne dernière. Les élèves verts ne semblaient pas s'intéresser à ce genre de travail scolaire barbifiant, ils préfèrent flâner à leurs affaires toutes personnelles. L'individualisme n'est pas forcément un défaut, mais ils manquaient malheureusement de respect envers les professeurs et leurs camarades. Pour ce qui était du règlement, ils en faisaient fi ou, tout au contraire, le prenaient uniquement en compte pour mieux louvoyer autour et le détourner avec plus ou moins de rejets. Ainsi commençaient à se tracer les tendances de la maison du gardien Heimdall et de l'Arbre Monde.

Certains se souviennent encore de l'élève Tifaine M. Eternity, qui devint une allégorie. Fort belle jeune fille répartie à Uzem, elle était pataudement hypersexuée, puis clinquante et rebelle. Crinière chaude en couette dégradée, maquillée à outrance, stylée et moderne. Elle fut punie pour son mauvais comportement. Elle avait les mains posées sur la table, elle se cambrait à l’extrême afin que les élèves derrière louchent sous sa jupe, et le professeur devant dans son décolleté. La bouche ouverte, elle mâchait une boule de gomme en le défiant du regard, la langue pleine de provocations verbales.

Que disait-elle, en réalité, sous ses atours et ses manifestations burlesques ?

Un jour, après une certaine période d'absence, Tifaine ramena en classe très sagement le fruit de sa dure punition : des ingrédients en nombre suffisant pour fabriquer des potions pour toute une classe ! Le directeur de maison semblait fort satisfait d'elle, il s'enorgueillissait certainement d'être parvenu à lui faire entendre raison. Fier, il lui disait donc de s’asseoir en cours parmi ses camarades telle la brebis égarée revenue au troupeau.

Était-il insuffisamment béat d'extase à son goût devant ses exploits évidents, ou bien ses charmes florissants ? Eut-il une parole malheureuse, d'un genre à laisser sous-entendre '' c'est bien, mais il faut persévérer '' – et aussi qu'elle n'était qu'une vulgaire gamine indigne de se faire mordre par ses seigneuriales canines. Fut-elle vexée, ou bien contrariée, contre lui ou bien contre elle-même ?

Quoi qu'il en soit, Tifaine ne s'assit point ! Elle partit aussitôt en insultes envers le directeur vampire, l'école et les élèves alentours, avant de tout casser autour d'elle, et de finir stupefixée en pleine classe au milieu des explosions de chaudrons qu'elle avait bouleversés. Une vision terrible s'offrait aux jeunes élèves, celle d'une belle jeune fille à moitié nue, souillée des entrailles des chaudrons et furieusement impuissante, ainsi que celle d'un directeur de maison tout aussi impuissant à canaliser la révolte indomptable et stupide, tout seigneur Auditore qu'il soit !

Pourquoi se donner la peine de faire amende honorable, d'être apparemment contrite, puis de tout briser en un coup de tête futile, après avoir réellement peiné à la tache punitive ? La beauté terrible du geste rebelle sert-elle donc un autre but que celui d'être uniquement beau, terrible et, apparemment, terriblement inutile ?

Nous n'avons plus revu Tifaine M. Eternity, comme tant d'autres élèves et ce dans les trois maisons. Par contre, il est rare de voir un élève des deux autres maisons quitter l'école suite à une rébellion. Peut-être souffrait-elle en son cœur, et était-elle bien plus profonde qu'elle n'en avait l'air, et surtout était-elle bien trop fière pour se dévoiler. Elle devint en tout cas une allégorie de la maison Uzem en devenir, dans sa confrontation avec l'autorité pourtant mise en place pour l'accompagner, et la protéger. Uzem synonyme de rébellion ! Ou de sabordage.

Face aux neuf mondes qui peuplent Yggdrasil, qui s'entrecroisent et qui se rencontrent bien souvent, quels sont les dangers que guette particulièrement Heimdall ? Son adversaire atavique lors de Ragnarök est, était ou sera Loki, et dit-on que le Droit est, fut ou sera le dernier de tous les dieux en guerre à mourir après avoir tué le Malicieux. Fleurs de lys et filet du diable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
A lancé un gemini incantato sur ses messagesMessages : 6623
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 25
Localisation : Anywhere, everywhere ...
avatar
Elizabeth McAllister
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Lun 24 Mar - 3:05
Revenir en haut Aller en bas

Pas eu le temps de m'y pencher avant '-' Je ferai Slyth plus tard, pas le temps là.

NekoCitron a écrit:
Colombina Vasileva

[...]

On peut dire une chose, c'est qu'à Durmstrang, la vie est bien loin d’être un long fleuve tranquille. Entre les cours et les attaques de chimères, on aurait put croire que cette année allait être apaisée après notre "victoire", mais non.

[...]

La rentrée avait pourtant débuté tranquillement, dehors avec une innovation cette année : des tabourets! Malgré le petit éclat de voix du nouveau préfet des Dyr, Anton Plumegrise, après une indigestion du petit déjeuner, rien n'était à signaler. Du moins c'était ce que l'on croyait. Aussi, bien des élèves partirent à la chasse aux indices pour trouver pourquoi les rouge et noir s'étaient retrouvés à devoir partager le chaudron de la honte. Quelle ne fut pas leur surprise de voir qu'un subtil ajout de bave de crapaud ajouté aux boissons en était la source. Les coupables, un groupe de 2eme année[color=red]s[/strike] à Uzem furent habilement débusqués après une interview choc des esprits! Une punition de récurage des cuisines plus tard affaire classée? Apparemment pas.

L'infirmerie n'aura jamais été aussi populaire qu'après que le discours de rentrée et les cours qui suivirent furent ponctués de départs précipités pour cause de maladie. Nous voilà dans le chapitre Fièvre et Tremblement. Le teint pâle semble alors à la mode et certains aiment à propager le virus, trop aimables. Après tout, entre copines, on partage! C'est beau l'amitié entre maisons, n'est-ce pas Maggwel et Oswin?. Mais là, la bave de crapaud ne semblait plus y être pour grand-chose et une rumeur commença à circuler dans les couloirs. Les professeurs Lihn auraient fait une expérience qui aurait mal tournée? En tout cas, à peine les vacances d'automne commençaient-elles qu'elles s'envolaient pour partir en vacances pendant qu'à l'école l'infirmerie, point de rassemblement du moment, ne désemplissait pas à cause des rechutes.

[...]

Apparemment, dans l'école c'était la guerre, les malades mutaient et perdaient l'esprit alors que leur corps entrait en décomposition dans des stades plus ou moins avancés. Cela aurait put paraître dans le thème de la saison et drôlement cocasse s'ils n'avaient pas ce petit défaut qui faisait tout. Légèrement cannibales sur les bords, ils se servaient de vous comme d'un buffet gratuit. Mais à Durmstrang on nous apprend bien une chose, c'est à se débrouiller. La résistance prit forme, dans et hors les murs! Un premier remède, temporaire, vit le jour ! Je vais être chauvine mais tant pis. Les Kostein ont fait très fort. Unis, rapides et efficaces, le remède circulait alors que dehors, avec le professeur Linh qui écourta ses vacances - merci à elle - les échappés, ainsi que moi-même , réussissions à mettre sur pieds un traitement définitif et efficace. Le professeur Borgia et un groupe d’élèves, dont Selenka et Viktor, retournèrent à l'école pour apporter le remède. En peu de temps, tout le monde retrouva son aspect normal et les cours reprirent. Même si certains conservèrent quelques traces, on peut dire que le reste de l'année fut presque ennuyeux à côté.

NekoCitron a écrit:
Isaac Maslov

Élève au Durmstrang Institut depuis deux ans, je ne peux que louer l'enseignement et le cadre de vie de l'école. Fils d'une famille sang-pur, je suis de ceux qui jouissent de leur liberté avec joie et délectation. C'était la belle vie ici, entre les cours et les temps libres passés à Novaya. Enfin, ça l'était, jusqu'à l'épidémie qui s'est déclenchée aux dernières vacances.
Ce qu'il y a de bien avec les vacances, c'est que l'on se croit libérés de tout, intouchables, heureux de vivre et pleins de projets.

Lesdits projets ont connu une conclusion brutale quand la maladie est venue me surprendre tandis que j'étais à l'animalerie. Au départ ce n'était qu'une simple fièvre, rien de bien alarmant.
Il n'y avait pas d'infirmier sur place et Souhaila Jonda m'a transporté à l'école rapidement pour que je puisse être pris en charge. Elle avait bien fait parce qu'à peine dans un lit, je tombais dans le coma. Je ne garde pas beaucoup de souvenirs de ce moment, en revanche, mon réveil est clair dans mon esprit.

[...]

Oui, oui, vous avez bien lu, des petits bouts ! Enfin, ces petits bouts devinrent bien vite gros quand il fallut escalader la falaise. Dans ma petite tête d'homme zombifié, je m'étais dit que le vent serait plus fort et qu'il ferait plus frais au sommet de la falaise et j'en avais pris la direction au plus vite, goûtant la chair d'un rat au passage qui m'arracha des lambeaux de peau supplémentaires. J'avais raison pour le côté fraîcheur mais cette escalade me coûta une partie du pied...
Cela aurait pu m'arrêter si le fumet délicieux de la harpie qui vivait là ne m'avait attiré à m'en faire saliver plus que de raison. Vous devinez la suite ? A peine face à elle, je n'avais plus qu'une idée en tête : lui croquer un bout, peu importe lequel d'ailleurs. C'est là que je perdis mon œil.
Cette maladie étant contagieuse, je ne pus profiter bien longtemps de mon repas puisqu'elle se transforma elle aussi et nous étions deux à présent à devoir nourrir cette faim dévorante.

Je dois dire que je repense à notre escapade avec des sentiments mitigés. La honte d'avoir infecté cette créature se dispute à la joie du souvenir de la complicité primale qui s'était instaurée entre nous tout de suite après. Étrange, je sais, mais si vous interrogez mes camarades, ils vous diront que je l'ai toujours été !
Finalement, après un vol plutôt laborieux dans lequel je perdis mon talon, nous avons fini par nous écraser non loin d'une jeune femme qui eut le droit, elle aussi, à la transformation post-dégustation.

[...]

NekoCitron a écrit:
Viktor Azalahem

Au crépuscule du jour, un instant incertain
Réunit des âmes profanes pour un rite païen.
Guidées par la prêtresse Alouqua, Initiée,
Elle mena leurs pas pour rejoindre Séléné.
Chaque mot défrichait le chemin pour l'inviter
A venir caresser de ses raies, leur psyché. (sauf si ça parle de poisson, mais j'ai des doutes)
Le rite commença, les paroles prononcées,
Du sel de la Terre, le cercle fut tracé
Recueillement au pardon, éloquence appuyée
Chacun participa au bûcher enflammé.
Ainsi la voie était tracée pour Séléné
Restait-il au don du sang et mets partagés
La dernière prière qui ouvrit le seuil nimbé
Vers les chemins cachés d'une déesse appelée.
Au crépuscule du jour, un instant anodin
Permit à des âmes, Initiées, d'ouvrir un chemin.


L’annonce vint du Veilleur du Nord qui délivra cette information : la professeur Sybille Borgia, aussi prêtresse de Moïra confia qu'Alouqua proposait un Sabbat pour une nuit et une approche de la religion dans le monde des sorciers. Ainsi chacun était convié au rituel de Lughnasadh, en l’honneur de Séléné, mais aussi pour provoquer un changement dans Novaya.

Son émissaire, le démon nommé Bélial, fit l’annonce dans la ville de Novaya, insistant à la présence de chacun à cette cérémonie. Entouré d’une nuée de lutins, farfadets et autres créatures féeriques, il jouait de la musique, chantait pour attirer, pour envoûter, pour attiser la curiosité.

Ce fut au cimetière, au-delà du temple, que la prêtresse Alouqua attendit une petite communauté. Tout aussi accueillante que paisible, elle confia à chacun une bourse de sel et leur première tâche. Furent ainsi présents pour ce rituel Jérémy Durth, Aliona Dostanov, Daiki Oka, Agasti Dharmakiirti et Viktor Azalahem. Peu importent les maisons, les appartenances ou les rangs, ils étaient là pour accomplir un rite ensemble car l'un sans l'autre, ce rituel ne pouvait se faire autrement.

[...]

Le dernier don fut celui du sang. Une lame circula alors et après les prières de la prêtresse, le bûcher s'effaça pour laisser place à une sorte de tumulus recouvert de fleurs de lune. Le phénomène perdura et devint presque féerique, des fumerolles s'envolèrent vers les cieux. Des lumières blafardes brillaient, des feux follets et des fées dansaient dans des volutes et arabesques magiques jusqu'à ce qu'on ne sache plus ce qui était vrai ou l'écho de l'imagination dû à des effets de lumières indescriptibles.

« Les chemins divins passent à présent sur terre. »

Sans bouquet final, sans effets extraordinaires, chacun avait agi, ils étaient venus avec leur bagage, avec leur conviction, certains avaient peut être changé, d'autres pas, mais ce fut bien au-delà du cimetière de Novaya que les choses changèrent. Le cercle resta mais ses adeptes le quittèrent forts de ce qu'ils avaient permis de faire, ouvrir une voie, physique ? Psychique ? Liturgique ? Peu importe, ce fut fait. Par une voie ainsi libérée et offerte, ils purent accéder vers la clairière de la déesse, nimbée d'une éternelle lune pleine, offrant un décors nocturne sans espérance de la lumière du jour. Une rencontre, un instant fugitif et éphémère . Un second rendez-vous fut donné à la prochaine lune pourpre..."
Revenir en haut Aller en bas
http://uzem-n-proud.tumblr.com
A lancé un gemini incantato sur ses messagesMessages : 6623
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 25
Localisation : Anywhere, everywhere ...
avatar
Elizabeth McAllister
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 0:07
Revenir en haut Aller en bas

Je me suis permise de corriger les erreurs mythologiques de l'article. Même si c'est un peu tard et qu'il aurait sans doute mieux valu faire relire l'article avant, en fait, parce que ....Si y a des PJscensés s'y connaître, Slyth risque de passer pour un affabulateur =/

NekoCitron a écrit:
Slyth Mir

Est-ce beau, est-ce étrange, est-ce stupide ?

Il existe à Durmstrang une maison luxuriante qui s’appelle Uzem, et il est de notoriété publique qu'elle apporte son lot d'embarras. Certains ne connaissent pas son histoire, d'autres se demandent pourquoi, d'autres encore s'en fichent éperdument, mais à tort.
En langues nordiques, Uzem peut signifier '' le règne végétal ''. Elle est symbolisée par une moitié de filet du diable et une moitié de fleur de lys martelée, ainsi que les couleurs verte et bronze. Lorsque l'on passe devant le miroir de la répartition et que l'on devient un Uzem, l'on aperçoit Yggdrasil derrière soi dans le reflet. Il est l'immense Arbre de Vie qui soutient un monde différent sur chacune de ses neufs branches maîtresses où vivent des créatures fantastiques tel le serpent Nidhögg parmi les racines et les cadavres. Au pied de l'arbre est cachée la tête immortelle du géant Mimir, à la source de la Sagesse et de la Connaissance. On ne peut en boire que contre un très lourd sacrifice, si seulement le géant décapité l'autorise. Le pont permettant de passer d'un monde à l'autre est un arc-en-ciel gardé par le dieu Heimdall, qui n'est pas un ases mais un vanes – c’est à dire qu'il n'a rien d'humain en lui (alors moi je lis que Heimdall est un Ase, et non pas un Vane ... Et aucun des deux n'a quelque chose d' "humain". Ce sont des dieux de deux familles différentes, qui ressentent tous deux les douleurs physique et psychologique), ni de son père Aegir Techniquement Aegir est le père des neufs demoiselles des vagues, pas le père d'Heimdall, ni de ses neufs mères les vagues techniquement ce qui est dit c'est qu'il est lefils de neuf soeurs, mais les noms des soeurs ne correspondent pas aux noms des demoiselles des vagues : il est bien plus anciens que les '' nouveaux '' Dieux. Il porte une corne de brume puissante, Gjallahorn, qu'il sonne pour prévenir le danger de telle façon à ce que tous les mondes soient informés au même instant. En cela, il est neutre, et il est bon on peut pas être neutre et bon, c'est antinomique.

pour la suite, vu que ça passe continuellement du passé au présent, j'ai tout mis au passé ... Mais si faut que ça soit au présent, bah faut tout accorder au présent quoi.

Depuis le renouveau de Durmstrang, jamais Uzem n'avait gagné la compétition des trois maisons. Au contraire, elle finissait toujours bonne dernière. Les élèves verts ne semblaient pas s'intéresser à ce genre de travail scolaire barbifiant, ils préfèraient flâner à leurs affaires toutes personnelles. L'individualisme n'est pas forcément un défaut, mais ils manquaient malheureusement de respect envers les professeurs et leurs camarades. Pour ce qui est était du règlement, ils en faisaient fi ou, tout au contraire, le prenaient uniquement en compte pour mieux louvoyer autour et le détourner avec plus ou moins de rejets. Ainsi commençaient à se tracer les tendances de la maison du gardien Heimdall et de l'Arbre Monde.

Certains se souviennent encore de l'élève Tifaine M. Eternity, qui devint une allégorie. Fort belle jeune fille répartie à Uzem, elle était pataudement hypersexuée, puis clinquante et rebelle. Crinière chaude en couette dégradée, maquillée à outrance, stylée et moderne. Elle fut punie pour son mauvais comportement. Elle avait les mains posées sur la table, elle se cambrait à l’extrême afin que les élèves derrière louchent sous sa jupe, et le professeur devant dans son décolleté. La bouche ouverte, elle mâchait une boule de gomme en le défiant du regard, la langue pleine de provocations verbales.

Que disait-elle, en réalité, sous ses atours et ses manifestations burlesques ? je suis pas sûre que burlesque convienne, mais ...

Un jour, après une certaine période d'absence, Tifaine ramena en classe très sagement le fruit de sa dure punition : des ingrédients en nombre suffisant pour fabriquer des potions pour toute une classe ! Le directeur de maison semblait fort satisfait d'elle, il s'enorgueillissait certainement d'être parvenu à lui faire entendre raison. Fier, il lui disait donc de s’asseoir en cours parmi ses camarades telle la brebis égarée revenue au troupeau.

Était-il insuffisamment béat d'extase à son goût devant ses exploits évidents, ou bien ses charmes florissants ? Eut-il une parole malheureuse, d'un genre à laisser sous-entendre '' c'est bien, mais il faut persévérer '' – et aussi qu'elle n'était qu'une vulgaire gamine indigne de se faire mordre par ses seigneuriales canines ? Fut-elle vexée, ou bien contrariée, contre lui ou bien contre elle-même ?

Quoi qu'il en soit, Tifaine ne s'assit point ! Elle partit aussitôt en insultes envers le directeur vampire, l'école et les élèves alentours, avant de tout casser autour d'elle, et de finir stupefixée en pleine classe au milieu des explosions de chaudrons qu'elle avait bouleversés. Une vision terrible s'offrait aux jeunes élèves, celle d'une belle jeune fille à moitié nue, souillée des entrailles des chaudrons et furieusement impuissante, ainsi que celle d'un directeur de maison tout aussi impuissant à canaliser la révolte indomptable et stupide, tout seigneur Auditore qu'il soit !

Pourquoi se donner la peine de faire amende honorable, d'être apparemment contrite, puis de tout briser en un coup de tête futile, après avoir réellement peiné à la tache punitive ? La beauté terrible du geste rebelle sert-elle donc un autre but que celui d'être uniquement beau, terrible et, apparemment, terriblement inutile ?

Nous n'avons plus revu Tifaine M. Eternity, comme tant d'autres élèves et ce dans les trois maisons. Par contre, il est rare de voir un élève des deux autres maisons quitter l'école suite à une rébellion. Peut-être souffrait-elle en son cœur, et qu'elle était-elle bien plus profonde (complexe serait plus approprié) qu'elle n'en avait l'air, et surtout était-elle bien trop fière pour se dévoiler. Elle devint en tout cas une allégorie de la maison Uzem en devenir, dans sa confrontation avec l'autorité pourtant mise en place pour l'accompagner, et la protéger. Uzem synonyme de rébellion ! Ou de sabordage.

Face aux neuf mondes qui peuplent Yggdrasil, qui s'entrecroisent et qui se rencontrent bien souvent, quels sont les dangers que guette particulièrement Heimdall ? Son adversaire atavique lors de Ragnarök est, était ou sera Loki, et dit-on que le Droit est, fut ou sera le dernier de tous les dieux en guerre à mourir après avoir tué le Malicieux. Fleurs de lys et filet du diable.[/strike][/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
http://uzem-n-proud.tumblr.com
Grande gueule sanguin Marseillaise assuméeMessages : 13682
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 34
Localisation : Marseille / Rians
avatar
Tabris Lahar
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 1:09
Revenir en haut Aller en bas

Merci Elizabeth ^^ Normalement j'ai tout corrigé. Sauf quelques petites choses dans l'article de Slyth.

A mon sens, les vanes sont issus des esprits primordiaux voir chaotiques, on va dire plus simplement les ''géants'' (les titans dans une autre mythologie), et les ases sont des hybrides entre ceux-ci et les humains : ils sont moins originels et plus humains, leur magie est différente.

Heimdall est du côté des ases, il est dit être un fils d'Odin, mais c'est pour moi (et d'après quelques écrits que j'ai lu par ci par là) un fils adoptif. En réalité, il est de naissances vane, comme d'autre, comme Loki par exemple.

Je ne nie pas qu'ils peuvent dans les deux cas être blessés physiquement et psychiquement, mais là n'est pas le sujet, non ?

_________________

" ... Voici mon secret, il est très simple... On ne voit bien qu'avec le cœur... l'essentiel est invisible pour les yeux... " - le renard
Revenir en haut Aller en bas
http://levishei.tumblr.com/
A lancé un gemini incantato sur ses messagesMessages : 6623
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 25
Localisation : Anywhere, everywhere ...
avatar
Elizabeth McAllister
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 1:23
Revenir en haut Aller en bas

Ben écoute, sur tous les endroits où j'ai regardé, il est rangé dans les Ases Ô_o

De plus, ni Vanes ni Ases n'ont de sang de géants ... Puisque ce sont leurs ennemis. La différence vient surtout du Dieu à l'origine de la lignée.

Enfin, je ne rentrerai pas dans les détails, puisque l'article était censé être IG et que j'en ai déjà beaucoup trop corrigé. Si ton PJ connait des choses erronées, ce n'est malheureusement pas moi que ça regarde. Et sinon, ben il fallait qu'il fasse des recherches, vu que c'était IG '-'

MAis de rienpour les corrections, ça me fait bosser mon français (et ma culture générale).
Revenir en haut Aller en bas
http://uzem-n-proud.tumblr.com
Grande gueule sanguin Marseillaise assuméeMessages : 13682
Date d'inscription : 06/02/2011
Age : 34
Localisation : Marseille / Rians
avatar
Tabris Lahar
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 2:39
Revenir en haut Aller en bas

Géant est un terme dans la mythologie nordique qui ne symbolise pas les géants tels qu'on les voient dans Harry Potter, par exemple. Ce sont, comme je te l'ai dis, des esprits primordiaux et naturels, ils peuvent être le vent, la glace, les mers, et ils peuvent être métamorphes. L'exemple le plus connu est Loki, mais c'est aussi le cas d'Heimdall et de Frey et de Freyja, ainsi que d'autres. Le premier être vivant et créateur du monde dans la mythologie nordique est un géant. Tout découle donc d'eux, et tous les êtres ont plus ou moins de sang de géants.

Les vanes ont plus de sang de géant que les ases qui ont plus de sang humain, mais certains vanes se sont rangés du côté des ases pour préserver l'ordre, et c'est à mon sens du moins (ou celui de Slyth si tu préfères) abusif que de les classer du coup dans la famille des ases, en tout cas si on considère le sang. Odin lui même a du sang de géant.

Je ne prétends pas être une experte, ni Slyth d'ailleurs, mais c’est toujours intéressant d'en discuter. Mais tu as raison, c'est mieux de voir cela IG.

_________________

" ... Voici mon secret, il est très simple... On ne voit bien qu'avec le cœur... l'essentiel est invisible pour les yeux... " - le renard
Revenir en haut Aller en bas
http://levishei.tumblr.com/
Keep calm - and call the doctorMessages : 3450
Date d'inscription : 11/01/2013
Age : 18
Localisation : Institut Durmstrang
avatar
Viktor Azalahem
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 13:17
Revenir en haut Aller en bas

Dans le ver :

Permit à des âmes, Initiées, d'ouvrir un chemin.

A été corrigé Initiés en Initiées. Petite réflexion après, dans mon esprit, "Initié" n'est pas un adjectif qualificatif, attribut d'âmes (féminin pluriel), mais bien un nom, les Initiés qui ont participé au rituel (masculin pour la règle qui prévaut, désolé les filles, pluriel). Mais c'est une vision des choses, et effectivement en dehors de mon esprit, ça peut aussi être interprété de la sorte.

Mais de mon côté, c'était volontaire de signaler que les gens présents étaient devenus des Initiés.
Revenir en haut Aller en bas
http://azelun.free.fr
A lancé un gemini incantato sur ses messagesMessages : 6623
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 25
Localisation : Anywhere, everywhere ...
avatar
Elizabeth McAllister
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord Mar 25 Mar - 14:02
Revenir en haut Aller en bas

Vik : dans ce cas le poème s'adresserait aux initiés en question non ? Or là c'est plus un texte 'ouvert' pour ça que j'ai accordé à âmes puisque le lecteur qui serait interpellé par "initié" ne l'est pas forcement ._.
Revenir en haut Aller en bas
http://uzem-n-proud.tumblr.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord
Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas

[Noël 2013] Les résultats du concours 'Quel événement marquant depuis votre scolarité à Durmstrang ?' pour la gazette Le Veilleur du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Payback 2013 (les résultats)
» Quel est votre style de musique ?
» Extrême Rules 2013 (les résultats)
» Elimination Chamber 2013 (Les Résultats)
» [test] Quel est votre Patronus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durmstrang Institute :: Gloubi Boulga :: Coin artistique :: Oeuvres littéraires-